8. févr., 2016

Le Farinet : une révolution ?

Un collectif présente le projet d'une monnaie complémentaire en Valais : le Farinet. Que penser de ce projet ? Ne fait-il pas double emploi avec le projet du Batz ? Est-il un projet concurrent ? Quel est son caractère vis-à-vis du projet du Batz ?

Première réaction
Comme d'autre MCL (monnaies complémentaire locales) le Farinet se devait d'investir le champ économique du Valais. Les MCL représentent des moyens de paiement alternatifs et ont pour fonction de protéger l'économie en la localisant. Le Farinet est d'une portée et d'une ambition comparable aux autres MCL comme le Léman, La nature sympathique de cette idée aux accents solidaires ne manquera pas de susciter des réactions et des interrogations. Lancer un débat par une action concrète est toujours une bonne chose. Le projet du Farinet va dans le bon sens, celui d'une participation citoyenne à l'outil monétaire.

Double emploi ?
Le projet fait effectivement un peu double emploi avec le Batz, car le Batz, lancé en 2013, est  prévu pour fonctionner comme une monnaie locale solidaire. Cependant, les contacts que nous avons avec les initiants du Farinet permettront de confronter les idées respectives et de créer une dynamique positive.

Concurrence ?
Le Batz est un concept global, incluant la création monétaire et la participation, non d'un nombre de citoyens limité et volontaires, mais incluant gratuitement tous les acteurs économiques du canton et prétendant contribuer à l'augmentation du PIB. Si le Farinet est un projet solidaire, le Batz est un projet social, à l'échelle cantonale. Le Farinet est un sous-ensemble du Batz, on peut le considérer comme un projet pilote. Dans la mesure où un projet récent et léger est traité préférentiellement par les médias, vis-à-vis d'une autre projet, plus ancien et plus complet, on pourrait considérer que le projet le moins dérangeant pour l'establishment est étape necéssaire, avant d'avancer un concept plus complet dont l'ambition est de placer les décideurs en face de leurs responsabilités.

Caractère
À cause de son caractère strictement dépendant de la monnaie-dette, car il faut acheter les Farinets avec des Francs suisses, le projet du Farinet ne se place pas dans la même catégorie que celui du Batz. Le Batz est une monnaie qui ne dépend pas de la monnaie-dette, elle est créée et distribuée par les instances officielles, sans dette, et ne doit pas être achetée unilatéralement par les citoyens et les commerçants, sur qui reposerait tout l'effort selon le concept du Farinet. Dans le Batz il y a implication et effort réel de la part du gouvernement. Le Batz investit le terrain de la création monétaire, chasse gardée des profiteurs du système. On peut dire que le Farinet est un projet dont la portée est d'initier un changement de mentalités vis-à-vis des moyens d'échange. Après il faudra passer à quelque chose de plus consistant.

Conclusion
Selon Derruder, une monnaie complémentaire locale dépendant de la monnaie officielle(p. ex. Farinet)  devrait faire déboucher les collectivités vers une monnaie locale gratuite présentant un caractère officie (p. ex. Batz), qui permettrait un désendettement de la société en général. Seule cette caractéristique de totale indépendance sur les questions monétaires permettra aux sociétés de se protéger des menaces sur la monnaie légale, que font peser les marchés financiers ainsi que les banques centrales, avec leurs politiques aveugles de quantitative easing et de taux négatifs.