Billet de 1 Batz, monnaie cantonale libre de dette

Une monnaie secondaire officielle pour tonifier le Valais

Ce site présente une voie puissante, originale et praticable en vue de redonner au canton du Valais un nouvel élan en matière financière, dont bénéficieront tous les acteurs économiques, tant privés que publics.

La monnaie-dette oblige tous les pays à végéter en mode d'austérité. Tous souffrent d'une conception endémiquement tordue de la nature de la monnaie. Malgré les connaissances étendues en mathématiques et les progrès technologiques de notre société occidentale, la monnaie demeure l'un des derniers bastion de l'obscurantisme. En effet, au XXIe siècle, elle n'est toujours pas comprise comme un moyen d'échange équilibré entre ses producteurs et ses usagers, ni basée sur la volonté d'une solidarité sociale ou intergénérationnelle.

Nous considérons cela comme un manque chronique d'imagination auquel nous remédions par notre idée, qui est une adaptation de propositions de valeur, émises par des économistes de renom dès les années 1930.

Nous voyons donc le futur du Valais comme économiquement stable et vivace, par le lancement d'une monnaie cantonale équitable et libre de dette : le Batz.

Le principe général est d'émettre le Batz pour les échanges internes au Canton et de réserver la monnaie nationale pour les amortissements et les engagements extérieurs. Le Batz est au départ un moyen complémentaire de paiement des salaires publics et privés, et par voie de conséquence de tout ce qui peut être échangé, et qui comporte inévitablement une part de salaire dans le prix.

Le Batz est créé sur la base d'un partenariat entre l'État du Valais et la Banque Cantonale du Valais. L'État convertit ses engagements publics (une part des salaires) en obligations perpétuelles à intérêt nul déposées auprès de la BCVs, qui crédite en retour le compte de l'État du nombre de Batz correspondant. Toutes les entreprises pourront se procurer avantageusement une part de masse salariale en Batz. Tous les acteurs financiers du cantons pourront ainsi opérer leurs échanges locaux dans cette monnaie.

À tout travail nouveau, constituant en une dépense de temps et d'énergie, doit correspondre une émission monétaire, et non un prélèvement sur une masse monétaire préexistante grevée d'intérêts. L'État devient capable de se financer, il cesse d'appauvrir en permanence la société par la fiscalité, qui ne suffit visiblement plus à subventionner sa mission.

La capacité d'émettre sans dette de la monnaie régionale permettra aussi d'engager résolument le Canton dans des voies à caractère promotionnel (tourisme, agriculture, artisanat et industrie), social ainsi qu'écologique.

Le phénomène de monnaie locale prend de plus en plus d'ampleur non seulement en Europe mais dans le monde entier, notre initiative est pleinement synchronisée avec cette mouvance. Avec les monnaies locales, une autre économie s'ébauche au coeur du capitalisme. Nous pouvons cependant avancer qu'elle est parfaitement originale, car elle concerne une région étendue à l'échelle d'un canton, impliquant bien entendu l'État, mais de manière subsidiaire et non interventionniste.

Genèse d'une idée

Depuis 2008, nous sommes au niveau mondial entrés en crise systémique. Les difficultés d'apparence conjoncturelle cachent un mal bien plus profond, et seules des réponse à l'échelle d'une zone économique homogène permettront d'endiguer localement ce qui s'annonce d'ores et déjà comme la plus grande débâcle économique et financière que le monde ait connu, pour ne pas parler purement et simplement comme certains d'apocalypse financière. Notre projet s'inscrit dans cette logique de prévention, mise au point durant la crise de 1929-1932 et les années qui suivirent, par des esprit libres et éveillés (voir analyse).

Protéger le Valais, oui mais encore ? Faire germer une dynamique de renouvellement au niveau national, exporter du savoir-faire, s'atteler à une tâche énorme en commençant tout simplement chez nous, en donnant l'exemple. Il ne s'agit pas seulement de sauver notre peau, nous pouvons, par notre pertinence, faire école dans un sens philantropique.

  • Financer l'État
  • Dynamiser l'économie
  • Résorber le chômage
  • Diminuer les impôts
  • Combattre la pauvreté systémique
  • Se défaire des dettes publiques

...tout cela est possible, de façon concertée, en appliquant à l'économie les mêmes principes d'équilibre des échanges que l'on trouve dans la nature, au niveau de la cellule vivante, des réactions chimiques ou des bilans énergétiques.

Grevée d'usure par le crédit bancaire, trop rare pour être réellement utile, la monnaie girale*  suisse est inadaptée aux défis du XXIe siècle. Les solutions existent depuis des décennies. Elles sont correctement formulées, intelligemment balancées, praticables, testées dans plusieurs communautés régionales. Notre défi est de les mettre en valeur chez nous, afin de créer en Valais une république d'avenir, qui en se libérant du carcan des dettes et des lois contraignantes servira de modèle régional ou national.

Depuis l'émergence de cette crise de 2008, les tabous s'effondrent les uns après les autres. Il y a quelque temps on essayait encore de rentabiliser des investissements, aujourd'hui on est presque content d'un rendement nul et on se presse même pour acheter de l'argent suisse à taux négatif. C'est le monde à l'envers. Dans ce contexte, plus rien n'est sûr, les valeurs de naguère perdent leur crédibilité, et l'idée révolutionnaire des monnaies parallèles devient une porte de sortie sérieuse et crédible, parce que les monnaies nationales flottent sur des océans d'incertitude, cernées de toutes parts par les prédateurs et les ravageurs d'une finance sans plus aucun garde-fou.

 

Nous ne proposons pas seulement un monnaie citoyenne, ni un microsystème local, nous avons l'ambition de concevoir un système à l'échelle d'une région, ne laisant aucun acteur économique sur la touche, du plus grand au plus petit, et le Valais, avec sa géographie particulière semble s'y prêter à merveille.

Un Valais libre par une conception révolutionnaire des moyens d'échange.

Un Valais fort par une économie adaptée aux richesses régionales.

Un Valais intelligent et audacieux par un mouvement citoyen responsable.

Un Valais monétaire robuste et fiable confinant à l'excellence.

Voici la réponse intelligente d'un canton dynamique à la LAT, à la Lex Weber et aux défauts de financement de la Banque Nationale Suisse, une solution rendant la fraude fiscale inutile.

 


* monnaie girale : monnaie scripturale électronique (cartes à puce, e-banking) ;  90% de l'argent circulant en Suisse est giral.